A A A

Où souhaitez-vous
partager cette page?

Recherche rapide

    L'exploitation

    Exploiter, c’est profiter de l’état de vulnérabilité ou de dépendance d’une personne pour la priver de ses droits.

    Cette vidéo présente ce qu'est l'exploitation des personnes âgées

    L’exploitation des personnes âgées et des personnes handicapées est interdite au Québec par la Charte des droits et libertés de la personne.

    • Vous n’avez pas à subir d’exploitation
    • Vous ne pouvez pas faire subir d’exploitation

    Ni un parent, un enfant, un proche, une personne préposée au bénéficiaires n'a le droit d'exploiter une personne. 

    • Exemples d’exploitation

      • Profiter de la vulnérabilité d’une personne âgée pour obtenir accès à ses comptes bancaires et utiliser son argent à des fins personnelles
      • Empêcher une personne handicapée qui dépend de nous de recevoir les services médicaux qu’elle nécessite
    • Comment reconnaître l'exploitation ?

      L’exploitation est subie par une personne âgée ou handicapée qui est :

      1. Vulnérable sur le plan physique, psychologique, social, économique ou culturel.

      Une personne est vulnérable lorsqu’elle n’est pas capable de se protéger ou de protéger ses biens. 

      Souvent, cette personne est dépendante d’une autre personne pour assurer ses besoins de base. Par exemple manger, se laver ou se soigner.

      Exemples d'indicateurs d’un état de vulnérabilité :

      • Âge avancé
      • Maladie physique ou psychologique
      • Perte d’autonomie
      • Pertes cognitives (de mémoire) associées au vieillissement
      • Isolement
      • Décès d’un conjoint
      • Analphabétisme
      • Peur des représailles

      Ces indicateurs sont souvent combinés entre eux chez une personne victime d’exploitation. Ils peuvent aussi se manifester différemment selon les contextes.

      2. Victime d'un abus financier, physique ou psychologique

      • Exemples d'abus financier :
        • on accède à sa carte de crédit ou de débit pour effectuer des dépenses qui ne la concernent pas
        • on l’oblige à payer pour des services qu'elle ne reçoit pas
      • Exemples d'abus physique ou psychologique :
        • on l’isole en l'empêchant de recevoir des visites ou de communiquer avec ses proches.
        • on l'empêche de recevoir des services médicaux appropriés à sa condition

      L’exploitation financière est la situation la plus courante et la situation la plus souvent dénoncée à la Commission.

      L'exploitation financière engendre souvent une détresse psychologique chez la victime. Elle est aussi parfois combinée à des abus physiques.

      Quelle est la différence entre l’exploitation et la maltraitance ?

      Il existe une différence entre l’exploitation et la maltraitance, mais les personnes âgées et handicapées sont protégées dans les deux situations.

      La notion de maltraitance est plus large que celle d’exploitation. Elle est définie comme étant un geste ou un défaut d’action appropriée qui se produit dans une relation où il devrait y avoir de la confiance et qui cause du tort ou de la détresse à une personne. Ce geste ou défaut d’action peut être isolé ou répétitif. Il peut aussi être intentionnel ou non. 

      La mission de la Commission lui permet d’agir en cas d’exploitation. D’autres organismes peuvent intervenir en cas de maltraitance. La ligne Aide Abus Aînés peut vous aider à trouver la bonne ressource en cas de maltraitance.

    • Dénoncer une situation d'exploitation

      Vous pouvez dénoncer une situation d’exploitation à la Commission même s’il vous a été impossible d’obtenir le consentement de la personne qui en est selon vous victime. Notez que la Commission tient compte du droit à l’autonomie de la personne âgée ou handicapée. Elle respecte donc la volonté de la victime avant tout, si la situation le lui permet.

      Dénoncer une situation d'exploitation

      Dans une situation de maltraitance physique ou sexuelle, vous devez contacter :

      Comment la Commission va vous aider ?

      La Commission intervient rapidement dès qu'elle est informée qu’une personne âgée ou handicapée vit une situation d’exploitation. Elle peut :

      • prendre toutes les mesures appropriées pour faire cesser l’exploitation, pour assurer la sécurité de la personne âgée ou handicapée et pour obtenir réparation pour le tort subi
      • demander à un tribunal d'ordonner une mesure d'urgence

      La Commission intervient sans le consentement de la victime, si ce consentement est impossible à obtenir.

      Si la Commission ne peut pas intervenir dans votre situation, elle vous référera aux organismes et ressources qui pourront vous aider.

    L'histoire de Janette

    Atteinte de la maladie d’Alzheimer, Janette a été exploitée financièrement par sa fille et son beau-fils. C'est l'employée de la banque qui a dénoncé la situation à la Commission.

    Lire son histoire

    Que faire en cas d'exploitation?

    Vous croyez être victime d'exploitation ou avez des raisons de croire qu'une personne âgée ou handicapée dans votre entourage en est victime?

    Vous pouvez contactez la Commission pour demander de l'aide, porter plainte ou dénoncer la situation. 

    Porter plainte ou dénoncer

    Pour en savoir plus...

    Retrouvez toutes nos publications, nos formations et d’autres ressources disponibles sur ce motif. 

    Ressources sur l'exploitation

    Cette vidéo présente l'exploitation en langue des signes québécoise (LSQ)