• IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
​​Logo de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

Toutes et tous unis contre le racisme et le profilage racial envers les communautés noires

Montréal, le 2 juin 2020 – Suite au décès, dans des circonstances odieuses, de George Floyd dans la ville de Minneapolis, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) tient à exprimer sa solidarité avec les communautés noires, au Québec et partout dans le monde. Elle rappelle que le racisme et la discrimination systémiques et le profilage racial, tout comme les actes haineux motivés par le racisme, sont des violations graves des droits de la personne qui doivent être sanctionnées.

« Le racisme et le profilage racial n’ont pas leur place dans notre société. Ces actes doivent être dénoncés et sanctionnés par la justice. Nous exprimons notre solidarité avec toutes les communautés noires et nous rappelons que nous sommes là pour défendre et promouvoir leurs droits, comme toute autre personne », a affirmé Philippe-André Tessier, président de la CDPDJ.

Le décès de George Floyd a eu lieu dans le cadre d’une violente arrestation policière. La Commission rappelle que ni le profilage racial, ni la brutalité policière sont tolérés dans la société québécoise. Depuis de nombreuses années, les travaux de la Commission en matière de profilage racial révèlent pourtant que le Québec n’en est malheureusement pas exempt. Plus récemment, un rapport réalisé par des chercheurs indépendants à la demande du SPVM démontre que les Noirs et les Autochtones sont 4 à 5 fois plus susceptibles d’être interpellés par les policiers que les Blancs. La Commission avait d’ailleurs commenté ce rapport devant la Commission de la sécurité publique de la Ville de Montréal en novembre 2019. Elle avait alors réclamé la fin des interpellations policières aléatoires et réitère aujourd’hui sa recommandation.

« Les personnes racisées, particulièrement les personnes noires, sortent de chez elles avec le sentiment d’être constamment surveillées et la peur d’être interpellées. Ceci doit cesser! », affirme Myrlande Pierre, vice-présidente de la CDPDJ, responsable du mandat Charte. « La Charte québécoise reconnaît que tous les individus sont égaux en valeur et en dignité et ont droit d’exercer leurs droits et libertés peu importe leurs caractéristiques personnelles, que ce soit leur couleur de peau, leurs origines ou leur religion. Nous avons toutes et tous les mêmes droits à la vie, la liberté, l’égalité et la sécurité ».

La CDPDJ a réalisé entre 2009 et 2011 une vaste consultation publique au Québec afin de définir des pistes de solutions pour contrer le profilage racial et la discrimination systémique des jeunes racisés. Dans son rapport, elle recommandait que le gouvernement du Québec adopte une politique nationale de lutte contre le racisme et la discrimination qui comprenne entre autres un plan d’action pour prévenir et enrayer le profilage racial et ses conséquences. La Commission recommandait également de réviser les pratiques policières ainsi que l’encadrement de celles-ci. La Commission a réitéré l’ensemble de ses recommandations liées au profilage racial lors de la publication des résultats d’une étude sur les actes haineux en 2019 ainsi que dans son mémoire présenté dans le cadre des consultations publique sur le racisme et la discrimination systémiques de l’Office de consultation publique de Montréal.

La Commission est actuellement en train de finaliser un rapport de suivi de la mise en œuvre de ses recommandations sur le profilage racial qui devrait être diffusé à l’automne 2020. Elle prendra également part aux travaux entourant le livre vert sur la réalité policière; un exercice qui vise la révision de la Loi sur la police.

« La lutte contre le racisme et la discrimination est l’affaire de tous. Avec de véritables alliés, en déployant des efforts d’éducation et de sensibilisation anti-raciste au sein de nos institutions, en dénonçant les injustices et en les pointant du doigt, nous pouvons collectivement venir à bout du racisme systémique. Nous avons toutes et tous un rôle à jouer. En parler autour de nous, c’est déjà prendre action », a ajouté Myrlande Pierre, vice-présidente de la CDPDJ.

La Commission insiste sur le fait qu’on ne peut s’attaquer au problème du racisme systémique et du profilage racial sans assurer le respect de l’ensemble des droits protégés par la Charte, incluant les droits économiques et sociaux, tels que le droit à l’accès aux soins de santé, à l’éducation, à un logement et à un niveau de vie décent.

Il est primordial de s’attaquer aux fondements même du racisme et de ses manifestations et assurer le respect de l’ensemble des droits protégés par la Charte.

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse assure le respect et la promotion des principes énoncés dans la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. Elle assure aussi la protection de l’intérêt de l’enfant, ainsi que le respect et la promotion des droits qui lui sont reconnus par la Loi sur la protection de la jeunesse. Elle veille également à l’application de la Loi sur l’accès à l’égalité en emploi dans des organismes publics.


-30-

Source:
Dalia Alachi
438 927-6512
dalia.alachi@cdpdj.qc.ca

Suivez-nous sur : Facebook | Twitter | Youtube | LinkedIn | Instagram

  • IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.