• IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
​​Logo de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
LETTRE
 

Recruter sans discriminer: certaines questions ne doivent pas être posées

Lettre ouverte de Philippe-André Tessier et Manon Poirier, respectivement président de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, et directrice générale de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.

Cette lettre a été publiée le 16 septembre 2019 dans La Presse. Lien direct.

Les pratiques discriminatoires en embauche sont malheureusement encore très répandues au Québec, que ce soit dans les formulaires d’embauche, les entrevues ou les tests de préembauche. C’est pourquoi la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, appuyée par l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, lance une campagne d’information et de sensibilisation à travers le Québec : Recruter sans discriminer. Cette campagne vise à mieux faire connaître les droits et les obligations tant des employeurs que des personnes qui se cherchent un emploi.

Lors du processus de recrutement et d’embauche, une multitude de questions sont posées par un employeur aux candidats potentiels. Il veut en savoir le plus possible sur le candidat ou la candidate pour s’assurer d’une adéquation avec l’équipe et le poste. Dans ce processus, le cadre légal est encore souvent occulté. 

Des questions que l’on aurait crues disparues depuis longtemps et qui sont proscrites légalement sont encore malheureusement présentes.

Pensez-vous avoir bientôt des enfants ? Prenez-vous des médicaments ? Lesquels ? Avez-vous déjà pris un congé de maladie ? Pour quel motif ? Avez-vous souffert d’un épuisement professionnel ? Ça nous intrigue : vous vous appelez Ben Saïd, mais vous n’avez pas d’accent, vous venez d’où ?

Les questions de ce type sont interdites, qu’elles soient posées pour s’informer de la disponibilité potentielle ou simplement pour briser la glace. En effet, elles font référence à l’un des 14 motifs de discrimination énoncés dans la Charte des droits et libertés de la personne, notre loi fondamentale au Québec.

Il est interdit de poser des questions sur la race, la couleur, le sexe, l’identité ou l’expression de genre, la grossesse, l’orientation sexuelle, l’état civil, l’âge (sauf dans la mesure prévue par la loi), la religion, les convictions politiques, la langue, l’origine ethnique ou nationale, la condition sociale, le handicap ou l’utilisation d’un moyen pour pallier ce handicap. Il existe des exceptions, mais l’employeur doit démontrer que les questions sont vraiment nécessaires pour évaluer les qualités ou aptitudes requises par l’emploi.

Le droit à l’égalité est protégé par la Charte. Il vise la pleine participation de tous et toutes à la société. 

En posant une question sur une caractéristique personnelle, même sans mauvaise intention, un employeur accumule de l’information sur le candidat ou la candidate, et risque de créer un déséquilibre pour la personne qui ne pourra pas bien faire valoir ses compétences lors de l’entrevue.

Dans un contexte de rareté de la main-d’œuvre, les employeurs ont la possibilité de s’ouvrir davantage à la diversité, à des bassins entiers de main-d’œuvre. Qu’il s’agisse de biais conscients ou inconscients, nous devons agir pour mettre fin à cette discrimination ! Après tout, dans un processus d’embauche, ce sont les habiletés et compétences qui comptent. Par ailleurs, il est clairement démontré que la diversité stimule l’innovation et la créativité, lesquelles peuvent créer des occasions économiques importantes pour les organisations. Favorisons des milieux de travail où chaque personne peut trouver sa place, en toute égalité.

Lien connexe:

Page de la campagne Recruter sans discriminer ​​
  • IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.