• IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
Logo de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

Le livre Mythes et réalités sur les peuples autochtones met à terre les murs de l’intolérance et de l’incompréhension, selon le chef de l’Assemblée des Premières Nations

Québec, le 21 juin 2019 – En coéditant le livre Mythes et réalités sur les peuples autochtones, l’Institut Tshakapesh et la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse « ont trouvé une façon pour graduellement mettre à terre les murs de l’intolérance et de l’incompréhension », a affirmé Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, lors du lancement de la 3e édition du livre le jeudi 20 juin au Musée de la Civilisation de Québec. Ce lancement coïncide avec la Journée nationale des peuples autochtones.

Francis Ishpatau, de l’Institut Tshakapesh, s’est quant à lui dit « très fier de ce livre qui nous aide à comprendre l’histoire des peuples autochtones. II faut s’outiller pour que la langue et la nation innues grandissent dans la volonté d’atteindre le bien-être et le bien-vivre ».

« C’est une mise à jour importante qui nous a demandé plus de deux années de travail », a indiqué l’auteur du livre, Pierre Lepage. « Dans les premières éditions, de façon volontaire, j’avais choisi de ne pas parler de la crise d’Oka, pour laisser tomber un peu la poussière. Avec cette troisième édition, le livre a doublé de volume. On y parle notamment de la Paix des braves, du traité huron-britannique, des Abitibi-winnis qui ont signé le traité numéro 9, du caractère distinct des Inuits qui ne sont pas soumis à la Loi sur les Indiens même s’ils ont subi les politiques d’assimilation, et du leadership des femmes autochtones ».

Le président de la Commission, Philippe-André Tessier, a pour sa part indiqué que la publication et la diffusion gratuite de ce livre contribuent à deux recommandations du rapport consacré au Québec par l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. Celle-ci invite en effet les gouvernements à former les intervenants des services publics aux réalités socioculturelles et aux enjeux propres aux Autochtones, et suggère au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur d’intégrer au curriculum scolaire obligatoire une formation relative aux réalités socioculturelles, historiques et contemporaines des Autochtones. « Une publication telle que Mythes et réalités contribuera certainement à ce travail de sensibilisation et aidera sûrement nos décideurs à mieux comprendre les enjeux autochtones au Québec », a indiqué Philippe-André Tessier.

Vingt ans après la sortie de la première édition du livre Mythes et réalités sur les peuples autochtones, c’est plus de 100 000 copies de la première et de la seconde édition qui ont été distribuées gratuitement à travers le Québec

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse assure le respect et la promotion des principes énoncés dans la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. Elle assure aussi la protection de l’intérêt de l’enfant, ainsi que le respect et la promotion des droits qui lui sont reconnus par la Loi sur la protection de la jeunesse. Elle veille également à l’application de la Loi sur l’accès à l’égalité en emploi dans des organismes publics.


-30-

Jack Duhaime
514 873-5146 ou 1 800 361-6477, poste 230
jack.duhaime@cdpdj.qc.ca

Suivez-nous sur : Facebook | Twitter | Youtube | LinkedIn | Instagram

  • IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.