• IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
​​Logo de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme : un texte fondateur qui traverse les époques

Montréal, le 10 décembre 2018 – À l’occasion du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse a souligné l’importance de ce texte fondateur qui demeure une véritable source d’inspiration pour tous ceux et celles qui œuvrent à défendre les droits et libertés au Québec.

« La Déclaration a atteint un âge vénérable et nous devons aujourd’hui profiter de la sagesse de ses principes. Adoptée le 10 décembre 1948 dans un contexte d’après-guerre, elle visait à prévenir les atrocités comme celles commises pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a aussi été une incontournable source d’inspiration pour notre Charte des droits et libertés de la personne. La Commission travaille tous les jours à donner vie à ces textes avec une équipe engagée pour la protection des droits de toutes les personnes au Québec. », a déclaré Philippe-André Tessier, président par intérim de la Commission.

La Commission avait déjà souligné cet anniversaire lors de la soirée de remise du Prix Droits et Libertés le 2 décembre dernier. À cette occasion, elle a récompensé l’organisme Coup d’éclats pour son projet Porte-Voix, une initiative exceptionnelle qui fournit des outils aux jeunes placés en centre jeunesse afin de leur permettre de s’exprimer, de sortir de l’isolement et de participer aux décisions qui les concernent.

Le travail quotidien de la Commission donne vie aux principes de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, que ce soit par le traitement des plaintes de personnes ayant subi de la discrimination, du harcèlement ou de l’exploitation, ou par ses interventions en protection de la jeunesse, ses recours devant les tribunaux, ses recherches, ses recommandations au gouvernement, ses activités de formation, ses activités publiques ou ses interventions en accès à l’égalité en emploi.

Parmi ses actions importantes, la Commission œuvre depuis près de 15 ans à une meilleure reconnaissance sociale, politique et juridique du profilage racial et de ses conséquences. Ses travaux ont notamment comporté une vaste consultation publique sur le profilage racial et les jeunes racisés de 14 à 25 ans en 2009. La Commission avait publié un rapport contenant plus de 90 recommandations et prépare pour le printemps prochain un bilan de mise en œuvre de ces recommandations.

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse assure le respect et la promotion des principes énoncés dans la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. Elle assure aussi la protection de l’intérêt de l’enfant, ainsi que le respect et la promotion des droits qui lui sont reconnus par la Loi sur la protection de la jeunesse. Elle veille également à l’application de la Loi sur l’accès à l’égalité en emploi dans des organismes publics.


-30-

Source :
Meissoon Azzaria
514 873-5146 ou 1 800 361-6477, poste 210
meissoon.azzaria@cdpdj.qc.ca

Suivez-nous sur : Facebook | Twitter | Youtube | LinkedIn | Instagram

​​
  • IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.