• IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
Logo de la Commission des droits de la personne et 

des droits de la jeunesse
COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

Profilage racial et discrimination systémique des jeunes racisés
LA COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE PREND DES ENGAGEMENTS

MONTRÉAL, le 11 mai 2011 – La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse entend poursuivre son action contre le profilage racial en tenant davantage compte du caractère systémique de cette problématique et en révisant sa stratégie judiciaire.

« Cette consultation sur le profilage racial et ses conséquences a confirmé que la Commission a eu raison de lancer cette initiative et de faire du profilage racial une priorité organisationnelle », a indiqué aujourd’hui le président de la Commission, monsieur Gaétan Cousineau à l’occasion de la publication du rapport intitulé : Profilage racial et discrimination systémique des jeunes racisés.

« Non seulement la consultation nous a permis de mettre en lumière les manifestations du profilage racial dans la société québécoise, mais elle nous a aussi permis de mettre de l’avant des solutions prometteuses pour s’attaquer au profilage racial et à la discrimination systémique dans trois secteurs importants pour les jeunes, soit la sécurité publique, l’éducation et le système de protection de la jeunesse », a-t-il précisé.

Monsieur Cousineau a reconnu que plusieurs membres de groupes racisés ont exprimé des réserves lorsque la Commission a lancé ce projet au mois de septembre 2009 ayant encore à l’esprit les précédentes consultations ou enquêtes publiques tenues au Québec sur le racisme et la discrimination qui n’avaient pas apporté de changements significatifs et durables.

Pour éviter que son rapport connaisse le même sort, la Commission s’est engagée à effectuer un suivi rigoureux auprès du gouvernement, des ministères et des institutions publiques, notamment, les services de police, les municipalités et les commissions scolaires afin que ses recommandations deviennent une réalité.

La Commission s’est aussi engagée à revoir ses propres pratiques afin d’améliorer le traitement des plaintes de profilage racial afin de tenir compte davantage de la nature systémique de cette problématique. De plus, la Commission améliorera la formation qu’elle dispense à son personnel chargé d’enquêter les plaintes de profilage racial.

Enfin, la Commission s’est engagée à rester à l’écoute des organismes communautaires rencontrés dans le cadre de la consultation et à continuer de travailler en concertation avec eux.

La Commission s’est aussi engagée à :

  • réduire au maximum ses délais dans le traitement des plaintes de profilage racial;
  • privilégier, dans le cadre de son processus décisionnel, l’option de saisir le Tribunal des droits de la personne sur le fond dans les dossiers de profilage racial, même en l’absence de la collaboration des policiers mis en cause à l’étape de l’enquête; et
  • poursuivre ses démarches auprès de la Ville de Montréal et du SPVM afin qu’ils donnent comme consigne à leurs policiers de collaborer aux enquêtes en profilage racial de la Commission, notamment en livrant leur témoignage lorsque requis.

 

Pour connaître l’ensemble des recommandations de la Commission et prendre connaissance du rapport de la consultation sur le profilage racial et ses conséquences consulter le www.cdpdj.qc.ca.

-30-

Source :
Patricia Poirier
514 873-5146 ou 1 800 361-6477 poste 358
patricia.poirier@cdpdj.qc.ca

  • IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.