• IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
Logo de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

Prix Droits et Libertés
Le Journal de la Rue, lauréat de l’édition 2012

Montréal, le 18 octobre 2012 – La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse décernera le Prix Droits et Libertés – Édition 2012 au Journal de la Rue pour souligner les 20 ans d’engagement de l’organisme envers les droits des jeunes lors d’une cérémonie qui aura lieu à Montréal le 6 décembre prochain.

De plus, Autisme et troubles envahissants du développement Montréal (ATEDM) recevra une mention d’honneur au cours de la soirée pour son travail en matière de défense des droits des personnes autistes et de leur famille.

« Les membres du jury ont tenu à souligner l’engagement et la détermination remarquable de ces deux organismes qui travaillent depuis de nombreuses années, souvent dans l’ombre, à la défense des droits de la personne », a déclaré monsieur Gaétan Cousineau, président de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse et président du jury du Prix Droits et Libertés – Édition 2012. « Leurs actions rejoignent les préoccupations de la Commission envers les personnes les plus vulnérables de notre société. »

Le lauréat, le Journal de la Rue, utilise l’animation culturelle, l’intervention psychosociale et l’économie sociale pour intervenir auprès des jeunes marginalisés directement dans leur milieu de vie : la rue. D’abord créé comme un outil d’information visant à approfondir des thèmes souvent traités de manière sensationnaliste dans les médias traditionnels – prostitution, toxicomanie, violence – le Journal de la Rue est devenu au fil des ans un organisme d’intervention offrant plusieurs projets novateurs aux jeunes.

En effet, le Journal de la Rue regroupe le Café Graffiti, un milieu de vie pour les jeunes, Reflet de Société, un magazine d'information et de sensibilisation sur les thèmes sociaux, et les éditions TNT, une maison d'édition soutenant les jeunes dans la publication de livres et la production de documentaires, de CD, de vidéos et de produits dérivés. Ces projets permettent aux jeunes de se développer en utilisant la création et l’expression, tout en étant soutenus par une intervention adaptée à leurs réalités.

L’intervention du Journal de la Rue se base sur la reconnaissance des jeunes comme individus à part entière, de leurs aspirations, leurs talents et leurs sentiments. Peu importe le parcours ou les problèmes vécus par les jeunes, le Journal de la Rue leur offre un appui et un amour inconditionnels, devenant une nouvelle famille sociale pour ces jeunes.

Mentions d’honneur

Le jury a également accordé une mention d’honneur à Autisme et troubles envahissants du développement Montréal (ATEDM). L’organisme travaille à la défense des droits des personnes autistes et de leur famille par la sensibilisation des milieux de la santé et des services sociaux, de l’éducation, de la recherche ainsi que du grand public. L’organisme s’implique auprès des familles et leur offre des services directs. La priorité d’ATEDM est l’accès à des services de qualité et l’inclusion sociale pour toutes les personnes autistes.

Le jury, composé de Gaétan Cousineau, président de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, de Manon Barbeau, directrice générale du Wapikoni mobile, lauréat du Prix Droits et Libertés – Édition 2011, et de Monique Rochon, l’une des premières employées de la Commission maintenant à la retraite, a étudié 16 candidatures qui témoignaient toutes d’un engagement remarquable dans la défense des droits de la personne et des droits de la jeunesse au Québec.

Le Prix Droits et Libertés

Depuis 1988, le Prix Droits et Libertés est décerné par la Commission à l'occasion de l'anniversaire de l'adoption par les Nations Unies de la Déclaration universelle des droits de l'homme, le 10 décembre 1948. Il permet de souligner l'excellence du travail réalisé au Québec par des personnes ou des groupes œuvrant à la défense des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

Les lauréats du Prix Droits et Libertés des dernières années démontrent la richesse des interventions en matière de droits et libertés au Québec : le Wapikoni mobile (2011), la Fondation de la tolérance (2010), le Regroupement des organismes Espace du Québec (2009), madame la juge Juanita Westmoreland-Traoré (2008) et monsieur Laurent McCutcheon, président de Gai Écoute et de la Fondation Émergence (2007).


-30-

Source :
Meissoon Azzaria
514 873-5146 or 1 800 361-6477, poste 210
meissoon.azzaria@cdpdj.qc.ca

  • IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.