• IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
Logo de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

Coup d’éclats porte la voix des jeunes au Prix Droits et Libertés

Montréal, le 3 décembre 2018 – La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse a remis hier le Prix Droits et Libertés à l’organisme Coup d’éclats pour son projet Porte-Voix, qui fournit des outils aux jeunes placés en centre jeunesse afin de leur permettre de s’exprimer, de sortir de l’isolement et de participer aux décisions qui les concernent.

Sur la photo : les jeunes et les artistes du projet Porte-Voix avec Sonia Lebel, Ministre de la Justice, Philippe-André Tessier, président par intérim de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse et Lionel Carmant, Ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux.

« Nous avons voulu cette année souligner l’innovation et la créativité au service des droits et c’est exactement ce qui anime notre initiative lauréate, le projet Porte-Voix. Des jeunes qui sont marginalisés par la société et par le système peuvent porter leur voix pour que des changements se produisent dans leur vie. Pour la Commission, ce type d’initiative est extrêmement inspirant pour le travail de défense et de promotion des droits, » a déclaré le président par intérim de la Commission, Philippe-André Tessier.

À travers différents supports artistiques tels que le dessin, la peinture, la photographie, la vidéo, la musique ou la poésie, le projet Porte-Voix encourage le développement de l’esprit critique, la prise de parole citoyenne et l’appropriation d’enjeux de société.

« C'est une victoire avant tout pour les jeunes. Ça va permettre de nous donner la visibilité et la légitimité nécessaire pour continuer le travail militant et politique qu'on a envie de faire en portant la voix des jeunes. Oui il y a l'art, il y a l'expression créative mais fondamentalement ce qu'on cherche avec le projet Porte-Voix, c'est d'avoir un impact transformateur concret. Gagner ce prix aujourd'hui va vraiment nous permettre de porter la voix des jeunes et de la mener à l'atteinte de leurs objectifs », a affirmé Emily Laliberté, fondatrice et directrice artistique de Coup d'éclats.

Les cinq membres du jury composé de Nathalie Bondil, Fabrice Vil, Annie-Pullen Sansfaçon, Martine Roy et Philippe-André Tessier ont été unanimes. Le concept de cocréation et le cadre de conception inclusif et participatif du projet Porte-Voix les a conquis: l’idée est non pas de créer une œuvre sur les jeunes, mais de créer une œuvre avec les jeunes. Le projet Porte-Voix a d’ailleurs aussi recueilli le vote du public dans la catégorie Coup de cœur du public.

L’édition 2018 du Prix Droits et Libertés était consacrée à l’innovation et la créativité au service des droits. Trois autres finalistes ont également été mis à l’honneur par le jury: le projet Au Cœur de toi de l’agence de création lg2, le magazine lstw de Lez Spread the Word et le programme Prêts, disponibles et capables de la Société québécoise de la déficience intellectuelle.

« S’il y a une chose très importante à retenir ce soir, c’est que défendre les droits et libertés de la personne, c’est l’affaire de tout le monde. Si on se penche sur les profils des 4 finalistes, on retrouve des organismes à but non-lucratif, des entreprises privées, des créatifs, des artistes, des jeunes et des moins jeunes, tous réunis pour faire une différence, pour améliorer les conditions de vie des personnes qui vivent l’exclusion et pour faire en sorte que chacun puisse exercer ses droits en toute égalité », a affirmé le président par intérim de la Commission.

La trentième remise du Prix Droits et Libertés a eu lieu au Musée des beaux-arts de Montréal dans le cadre de la Journée internationale des droits de la personne qui marque cette année le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Plusieurs dignitaires ont participé à la soirée dont Sonia LeBel, ministre de la Justice, ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne et ministre responsable de la Condition féminine, Lionel Carmant, Ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Marie Rinfret, Protectrice du Citoyen, Ann Marie Jones, présidente du Tribunal des droits de la personne et Anne Hébert, directrice générale à l'Office des personnes handicapées du Québec

Le Prix Droits et Libertés est décerné depuis 1988 à l’occasion de la Journée internationale des droits de la personne. Le Prix vise à souligner le travail exceptionnel de personnes et d’organismes dont les réalisations contribuent, de manière importante, à la défense et à la promotion des droits de la personne et des droits de la jeunesse au Québec.

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse assure le respect et la promotion des principes énoncés dans la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. Elle assure aussi la protection de l’intérêt de l’enfant, ainsi que le respect et la promotion des droits qui lui sont reconnus par la Loi sur la protection de la jeunesse. Elle veille également à l’application de la Loi sur l’accès à l’égalité en emploi dans des organismes publics.


-30-

Source :
Dalia Alachi
514 873-5146 ou 1 800 361-6477, poste 358
dalia.alachi@cdpdj.qc.ca

Suivez-nous sur : Facebook | Twitter | Youtube | LinkedIn | Instagram

  • IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.