• IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.
Logo de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate
 

Conditions de vie en CHSLD : respecter les droits et libertés de la personne

Québec, le 12 février 2014 – Toutes les réflexions et recommandations pour améliorer les conditions de vie des adultes hébergés en centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) doivent être animées par la recherche du respect des droits et libertés de la personne, selon la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

« Toute personne, quel que soit son âge, son état de santé ou son milieu de vie, a droit au respect de l’ensemble des droits et libertés que lui garantit la Charte des droits et libertés de la personne du Québec », a rappelé aujourd’hui, le président de la Commission, Jacques Frémont, devant la Commission de la santé et des services sociaux de l’Assemblée nationale à l’occasion des consultations particulières et auditions publiques sur les conditions de vie des adultes hébergés en CHSLD.

Les droits les plus significatifs dans le contexte de l’hébergement et des soins de longue durée sont le droit à la vie, le droit à la sûreté, à l’intégrité et à la liberté de sa personne, le droit à la sauvegarde de sa dignité et le droit au respect de sa vie privée, lequel protège entre autres le droit de choisir son lieu de vie, le droit d’être protégé contre la discrimination et le droit pour les personnes âgées ou handicapées d’être protégées contre toute forme d’exploitation.

« Malgré les avancées sur le plan législatif et des normes gouvernementales, il est frappant de se rendre compte que plusieurs situations dénoncées à l’époque de la consultation sur l’exploitation des personnes âgées que la Commission a tenue en 2000, continuent de perdurer, » a précisé M. Frémont. Pour la Commission, un moyen primordial à mettre en œuvre pour assurer le respect des personnes âgées et des personnes handicapées réside toujours dans la formation du personnel œuvrant auprès de celles-ci.

La Commission a réitéré que la formation de base du personnel devrait nécessairement comprendre un volet sur les aspects physiques, psychologiques et psychosociaux associés soit au vieillissement et à la perte d’autonomie, soit aux incapacités des clientèles spécifiques. La formation donnée devrait comprendre un volet sur les droits et recours des personnes hébergées, la détection des situations d’exploitation, ainsi que la prévention des comportements abusifs.

De plus, la formation du personnel devrait tenir compte des besoins spécifiques des personnes issues des communautés autochtones, des communautés ethnoculturelles et des minorités sexuelles.

Par ailleurs, la Commission a réitéré que les centres d’hébergement devraient prendre des mesures concrètes pour favoriser l’information et la présence régulière des familles des personnes hébergées qui peuvent constituer un facteur de protection important. Enfin, elle a réaffirmé que les proches aidants devraient avoir accès à des services d’information, de formation, de soutien, d’entraide et de répit suffisants pour répondre à leurs besoins.

Le document de présentation de la Commission est disponible sur le site Web de la Commission : www.cdpdj.qc.ca/Publications/consultations_adultes_heberges_CHSLD.pdf


-30-

Source :
Patricia Poirier
514 873-5146 ou 1 800 361-6477, poste 358
patricia.poirier@cdpdj.qc.ca

  • IMPRIMER LE DOCUMENT.
  • Les deux prochains liens contiennent des informations qui ne respectent pas les standards sur l'accessibilité du Web du gouvernement du Québec.
  • Partager sur Facebook.
  • Partager sur Twitter.